Nangten Menlang - Centre Médical Bouddhiste

Le Bön

Tulku Lobsang a commencé son éducation monastique au jeune âge de six ans. Cela a commencé lorsqu’il entra au monastère Nangzi Bön. Là-bas, il reçut de nombreux enseignements fondamentaux, des initiations et des transmissions de pouvoir (empowerment) de la tradition spirituelle tibétaine.

Pour beaucoup de gens, le Tibet est le pays du Bouddhisme. Mais en fait, de nombreux tibétains et lamas pratiquent également le Bön, que cela soit de manière indépendante ou à côté du Bouddhisme. A la surface ils sont bouddhistes, et en-dessous il se peut qu’il y ait un fond de Bön.

Le Bön avait ses racines avant l’arrivée du Bouddhisme. Lorsque le Bouddhisme fut introduit au Tibet, aux alentours du 7ème siècle, le Bön fut tout d’abord persécuté et diffamé lorsque la nouvelle religion pris place. Cependant, les Bonpos (nom des pratiquants Bön) restèrent inébranlables. Finalement, le Bön ne fit pas que continuer de survivre, mais prospéra lorsque les pratiques furent adaptées afin d’inclure les principes bouddhistes, lesquels contribuèrent à développer leur vision du monde et leur objectif sur la voie. Par exemple, la forme la plus élevée du Bön, le Dzogchen, ressemble de très prés au Dzogchen des Nyingmas, qui est la plus ancienne des quatre écoles principales bouddhistes. Les deux sont des doctrines spirituelles très élevées.

Le Bön est une ancienne religion encore très vivante qui se porte aujourd’hui encore très bien.

Les Bonpos ont comme objectif d’harmoniser le microcosme avec le macrocosme. Plus l’individu, la famille et la société sont en adéquation avec les cycles et les forces de la nature, le moins de souffrance et le plus de succès il y a dans la vie. Les Bonpos croient qu’il y a une divinité dans toute la nature – dans les éléments, ainsi qu’en chacun de nous. Donc, il est important de développer une relation positive entre l’individu et les différents aspects de la nature. De cette manière, les esprits et les forces de la nature peuvent nous aider en enlevant les obstacles et en nous supportant sur notre voie de la conscience de soi.

Le Bön nous enseigne également au sujet de nos énergies innées de guérison et comment nous pouvons les animer et les équilibrer. Il y a de nombreuses méditations et des techniques de mouvements qui approfondissent notre conscience et notre sensibilité des aspects subtils de notre être. Nous apprenons à nous connecter aux cinq éléments, qui sont les qualités énergétiques fondamentales de notre nature intérieure et extérieure.

Le Dzogchen, un des enseignements les plus élevés, fait également partie de la tradition Bön. Le but du Dzogchen, ou de la grande perfection, est d’entrer dans l’état naturel de l’esprit, qui est pure lumière et sagesse. Il n’y a rien à essayer, rien à accepter ou à rejeter, et rien a transformer. Il s’agit d’un état de soi parfait en lui-même, et il nous est accessible car il est notre nature.

Tulku Lobsang tisse ensemble la sagesse de toutes les lignées du Bouddhisme tibétain et Bön. Elles nous enseignent toutes la vraie nature de notre existence. L’essence des enseignements continuent à être les mêmes – avec à leur centre notre nature pure de claire lumière et de sagesse, et il y a beaucoup de méthodes qui nous permettent de complètement réaliser cela.